L’autoroute A41 a été mise en service en 1977. Depuis, elle constitue un axe stratégique pour notre commune. Facteur de développement, de connectivité et de gain de temps, elle n’a cessé depuis de voir son trafic croître. Ainsi, entre 2015 et 2019, ce sont plus de 2 000 véhicules supplémentaires par an.

Dans le même temps, Grésy-sur-Aix s’est fortement développée. Son contexte topographique spécifique concentre son urbanisation et l’installation de zones commerciales sur le bas de la commune où se rejoignent les contreforts des Bauges, la colline d’Arbussin et la forêt de Corsuet. C’est précisément par cet axe stratégique que circule l’A41, colonne vertébrale de notre commune. Au vu du risque majeur lié à ce constat, notre commune a demandé à l’ensemble des autorités publiques de se coordonner pour proposer un plan d’action concret et rapide visant à sécuriser cette traversée autoroutière.

LES ACTIONS PROPOSÉES

  • Lancer des travaux de sécurisation des entrées et sorties de l’autoroute dans l’objectif de fluidifier la zone et stopper les remontées de files de véhicules sur les bretelles de sortie de l’A41 en provenance d’Annecy ou Chambéry.
  • Passer la limitation de vitesse de 130 à 110 km/heure sur la portion qui traverse les agglomérations de Chambéry et Aix-les-Bains sur un linéraire d’environ 20 km de la Motte Servolex à Entrelacs inclus.
  • Engager le plus rapidement possible le Plan de Déplacement Urbain initié par Grand Lac, pour donner la priorité au développement des mobilités douces. Et notamment le bus qui desservira la future zone économique des Sources, mais aussi le train avec un RER urbain Grésy-sur-Aix / Aix-les-Bains / Chambéry. Ou motiver la pratique du covoiturage.

DES MESURES QUI PERMETTRAIENT :

  • la réduction du risque d’accidents
  • la réduction de la pollution de 11% des émissions de CO2 (dioxyde de carbone), 21% des NO2 (dioxyde d’azote et 12% des PM10 (particules en suspension dont le diamètre est inférieur à 10).
  • la réduction du bruit de 2,5 à 1,5 décibels (A), un sujet particulièrement important pour les grésyliens.

LES ACTIONS À PLUS LONG TERME

Créer un échangeur à Saint-Girod pour désengorger celui d’Aix-les-Bains Nord.

Donner la priorité au fret dans le cadre du projet  »Lyon- Turin’’ pour sécuriser une traversée des Alpes par les poids-lourds appelée à se développer du fait de la création d’un deuxième tube routier au tunnel du Fréjus et de la démarche de classement du Mont-Blanc au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le risque est de voir passer environ 500 000 poids lourds supplémentaires sur l’autoroute et entre 10 et 15 millions de tonnes de fret (contre 3 millions aujourd’hui) sur la voie ferrée qui longe le plus grand lac naturel de France.

À l’initiative de Renaud BERETTI, en sa qualité de Président de Grand Lac, une rencontre aura bientôt lieu avec AREA

Notre commune s’engage afin de sécuriser sa traversée autoroutière.