©Savoie News

UN « COEUR DE VIE » SE DESSINE POUR GRÉSY-SUR-AIX A LA SARRAZ.

Constituée d’un centre administratif autour de la mairie et d’une zone commerciale, la ville de Grésy-sur-Aix ne dispose pas d’un lieu de centralité, vecteur d’identité communale. Idéalement situé à la croisée des côteaux, sur un des points bas de la commune, le secteur de la Sarraz se destine naturellement à être ce point de convergence. Après plus d’une année d’étude et une concertation ayant récolté plus de 400 avis, il est temps de vous présenter ce « cœur de vie » que nous souhaitons à taille humaine. Focus sur un projet d’envergure qui va structurer la vie Grésylienne pour ces prochaines années.

Grésy-sur-Aix est une commune dynamique dont la population ne cesse d’augmenter. L’équipe municipale s’est dotée d’une feuille de route claire pour maitriser son urbanisme. La structuration d’un « cœur de vie », élément clé de cette stratégie, se fera par étape et concentrera la majeure partie de l’urbanisation des années à venir. Première étape : le secteur de la Sarraz, sur l’ancien stade de Football.

POURQUOI CETTE LOCALISATION ?

1. Au cœur des mobilités douces, alternatives à la voiture. Il est rare de pouvoir urbaniser et densifier à proximité immédiate d’une gare, d’un futur parking relais, de plusieurs itinéraires cyclables majeurs en devenir, d’une ligne de bus très cadencée par un bus toutes les 15 minutes ou bien de commerces.

2. Avoir le «bien vivre ensemble» en son cœur. Avec la livraison, mi 2025, du bâtiment « tiers-lieu » associatif, culturel et musical, ce futur « cœur de vie » sera un lieu vivant, identifié et ouvert à toutes et tous et nouveau point de repère au sein de la commune.

3. Construire la ville durable. Les nouvelles constructions devront répondre aux règles environnementales et intégrer la production d’énergie. La proximité du Sierroz, véritable trame bleue, est une occasion unique de créer une trame verte à travers la création d’un parc urbain et d’îlots de fraîcheur l’été.

MONTANT DES TRAVAUX ET FINANCEMENT // Projet d’envergure, le coût estimé des travaux est d’environ 2,5 millions d’€. L’objectif est d’équilibrer ces travaux par la vente des terrains. Comment ? En maitrisant la totalité des terrains et en sélectionnant les futurs promoteurs. Sans compter les potentielles subventions. Une opération neutre pour les comptes de Grésy-sur-Aix.

 

LA CONCERTATION NE FAIT QUE COMMENCER // La concertation ne fait que commencer. Nous continuerons de solliciter votre avis. Plusieurs temps seront organisés durant toutes ces années et des rencontres plus spécifiques concerneront l’aménagement et les fonctionnalités du parc urbain et de l’esplanade.

CALENDRIER // Au regard de l’importance des enjeux et avant de démarrer les travaux, il reste encore plusieurs mois d’études complémentaires. La commune va recruter son « maitre d’œuvre » qui l’ accompagnera tout au long du projet d’ici quelques semaines. La première phase aura débutée entre 2023 et 2024. La seconde pas avant 2025 ou 2026. Ce calendrier aura à être coordonné avec les travaux du « tiers-lieu » qui devront s’achever mi 2025.

GRÉSY-SUR-AIX PRÉSENTE SON FUTUR « COEUR DE VIE » : PLUSIEURS ÉLÉMENTS MAJEURS GUIDERONT SON AMÉNAGEMENT.

1. DES CHEMINEMENTS PIÉTONS ET MODES DOUX

Plusieurs voies de circulation réservées aux modes doux permettront de traverser le site suivant plusieurs axes :

Axe Est > Ouest : Pour traverser le parc urbain, rejoindre la nouvelle Place Paulette Besson et accéder, par une montée des écoliers plus accessible, au plateau administratif de la commune. Cette liaison confortera également l’accès vers la gare et la future véloroute des 5 lacs.

Axe Nord > Sud : Sécurisation de la descente rue de la Sarraz pour connecter plus facilement ce « cœur de vie » aux hameaux d’Arbussin ou de Fontany, par exemple.

2. UN PARVIS COMME PORTE D’ENTRÉE

D’une superficie d’environ 2.400m², il permettra l’accès et la mise en scène du « tiers-lieu » mais également du futur parc urbain. Modulable, multifonctionnel et animé, il accueillera des événements ponctuels et pourra être une extension estivale du « tiers-lieu » pour proposer des activités culturelles en extérieur. Une attention particulière sera apportée à la végétalisation des espaces, permettant la mixité des usages.

3. UN PARC URBAIN COMME POUMON VERT DE GRÉSY-SUR-AIX

D’une superficie d’environ 6.000m², une promenade paysagère piétonne sera créée le long du Sierroz, traversant ensuite la Place Paulette Besson et l’opération en cours « Chez Rolland » pour enjamber le Sierroz par une passerelle. Une promenade botanique ponctuée de mobilier champêtre, de jardins, jeux ou agrès sportifs sera imaginée en concertation. La volonté est d’affirmer ce parc comme un espace public ouvert, arboré et paysager, propice aux activités de promenade, de détente et de loisir.

4. FLUX DE CIRCULATION ET STATIONNEMENT

L’entrée se fera par la voie actuelle, rue de la Sarraz. Une voie de circulation contournera le futur « tiers-lieu » et desservira l’ensemble des programmes immobiliers. La voie de desserte des logements OPAC sera requalifiée. La salle municipale de la Sarraz, les vestiaires et les box seront démolis pour laisser place au parvis et à l’entrée du parc urbain. Plusieurs poches de stationnement, créés le long de cette nouvelle voirie répondront aux besoins des futurs et actuels logements et bien sûr du tout-nouveau « tiers-lieu ».

5. UN PROGRAMME IMMOBILIER A TAILLE HUMAINE

Eu égard à la superficie du projet, la commune souhaite limiter l’urbanisation à la construction de 160 à 180 logements et en deux phases distinctes (pour donner une idée, avec un indicateur qui renseigne sur la densité, il y aura en moyenne 50 logements par hectare dans ce projet contre 100 pour les opérations actuellement en cours). La hauteur des immeubles ne dépassera celle des bâtiments déjà en place et l’aménagement se terminera par la construction de plusieurs lots individuels à l’Est. Ainsi, le « cœur de vie » s’intégrera au mieux à la topographie des lieux. Bien sûr, il inclura la construction de logements sociaux permettant à la Commune de répondre à ses obligations en la matière.